Un an et quelques mois se seront écoulés depuis que Nsikayesizwe David Junior Ngcobo a.k.a Nasty C, faisait son introduction avec son premier album « Bad Hair ».
Quelques singles et trophées plus tard avec à la clé une signature chez Universal Music, on peut dire que Nasty C a su combler tous les espoirs placés en lui. Progressivement et au fil des collaborations, le jeune rookie précédemment signé chez Mabala Noise a imposé sa réputation de lyriciste auprès de son public. On se souviens encore de l’excellente mixtape « Price City » sur laquelle on retrouve le banger « Juice » qui sera remixé plus tard avec Davido et Cassper Nyovest.

« Strings & Bling » sonne donc comme une confirmation de tout ce qu’on a pu écouter de Nasty C ces dernières années. Un album qui lui ressemble et surtout qui est dans l’air du temps, autant introspectif qu’ouvert sur le monde. 17 titres et 03 collaborations au nombre desquels Asap Ferg, le rappeur du Asap Mob avec lequel il partage le titre « King ». Sur « Blisters », la piste qui inaugure l’album, il compte ses bénédictions et remercie Dieu avec qui il affirme entretenir désormais une relation différente comme il le dit :  « I was talking to God like I was talking to my bro. He said I gave you what you need to release your inner glow ». Un savant dosage entre egotrip et morceau mélancolique, banger et morceau d’amour comme sur « SMA » la 11ème piste du projet.  En collaboration avec la chanteuse sud-africaine Rowlene  il y parle de rupture et de sa relation avec les femmes.

A première écoute, Strings & Bling est un album qui s’écoute aisément et s’apprécie. Il ne reste plus qu’au public de valider ou pas ce qui pour nous sonne déjà comme l’un des albums de rap sud-africain les plus aboutis de cette année.

Facebook Comments

Téléchargez l'application mobile Black Square