Tout s’accélère pour Abakos depuis leur association avec BASECAMP et Jamie Lidell. Originaux, ces canadiens originaires du Congo le sont. Les apartés jazzy downtempo, les vagues trip-pop perdues dans l’immensité, la voix-haut perchée de Kiroko, des beats vibrants, des influences rocks low key et rumba congolaise : voilà ce que l’on a envie de retrouver sur le nouveau projet d’Abakos. En ce sens, New Constellation ne peut être qu’une réussite, malgré les chemins distincts empruntés par les membres groupe depuis quelques années.

Au l’aube de la phase créative, la formation n’avait pour seule ambition la non-ambition. Pas de directions précises, juste un disque fait au grès du vent, un moyen pour eux de repousser les limites et explorer de nouvelles idées, des envies et du feeling du moment. Ce qui en soit n’est pas une mauvaise chose, tant on sait que les barrières ont la fâcheuse tendance d’annihiler toute notion de créativité.

abakosmini

C’est pourtant non loin de leur safe zone que l’on retrouve l’ancien membre du groupe électro indie folk DEAR DENIZEN, Ngabonziza Kiroko et Pierre Kwenders chanteur afro-électro et DJ, dans leur manteau électronique résonnant, bercé par leurs voix envoutantes qui s’accordent parfaitement. New Constellation, le single d’ouverture de leur EP du même nom prévu pour septembre sous le Label Moonshine, renoue avec une aura charnelle tamisée.

La piste se veut à la fois introspective, et relativement perchée, sur une musique avant-gardiste qui pose les bases familières de l’espoir, l’amour et le changement. Sans complètement se réinventer, elle a le mérite de savoir se nuancer avec justesse. On garde cependant en fil conducteur ce côté pastel / dollhouse, qui sort le grand jeu, le vrai, le nocturne, celui qui t’embarque de gré ou de force par de subtiles sonorités.

Loin de l’attrait historique que pourrait susciter le terme Abakos – vêtement/costume/uniforme inspiré de ceux de MAO, imposé par Mobutu Sese Seko dans la République Démocratique du Congo pour contrecarrer l’influence européenne dans les 70’s – il n’en demeure pas moins qu’au bout du compte, le feeling global aura beau paraitre un peu uniforme, il est encore loin d’entacher le propos d’un groupe qui reste définitivement à part sur la scène musicale et qu’il faudra suivre de très près.

On vous laisse écouter New Constellation ci-dessous.

Enregistrer

Facebook Comments

Téléchargez l'application mobile Black Square