D’origine Ethiopienne, Aïda Muluneh est une artiste pluridisciplinaire. Que ce soit via la photographie artistique, le photojournalisme ou l’art visuel, elle sait exprimer son art de plusieurs façons tout aussi créatives les unes que les autres. Globe trotteuse, de sa naissance en Ethiopie en 1974 à aujourd’hui, elle parcours le monde de son enfance au Yemen et à Chypre ou pour ses études au Canada puis au USA. Diplômée en cinéma, elle choisira néanmoins le photojournalisme ce qui la conduira à fournir des clichés au prestigieux Washington Post.

Son leitmotiv est de porter un regard africain sur l’Afrique à travers la photographie et les arts visuels. C’est dans cette optique qu’elle fondera le premier festival international de photographie en Afrique de l’est, le Addis Foto Fest. Au nombre de ses travaux, on peut retrouver la série « The wolf you feed » qui est une réflexion sur les batailles personnelles et extérieures auxquelles les gens font face. La bataille entre le bien et le mal, entre le chemin que nous choisissons et celui qui nous a été choisi. On peut citer également « The 99 Series » qui est un questionnement de l’artiste à propos de ce qu’est l’enfer qu’elle définit comme un endroit qui n’est ni dans les profondeurs comme traduit par les réligions mais plutôt un lieu omniprésent, à côté de nous, dans nos souvenirs et dans nos esprits, fait de délires, de prosternation.

Récemment on la retrouvera aussi à la réalisation du clip « Ntérini » de la chanteuse malienne Fatoumata Diawara. Une vidéo tournée dans le désert du Danakil en Ethiopie et qui emprunte les codes afro futuristes.

Facebook Comments

Téléchargez l'application mobile Black Square