Tout a commencé avec des accords de guitare doux et de lourdes batteries suivis de près par la voix merveilleuse et émouvante de Noah Slee entrant en jeu, la première fois que nous l’entendions sur « DGAF » datant de 2016, le décor était planté. Ses mots font rêver et quelques fois nous rappellent à la réalité, mais aucuns d’eux ne peut échapper à ce qui primordial pour lui : l’honnêteté avec laquelle ils sont dit.

Né en Nouvelle-Zélande, le chanteur, musicien et producteur basé à Berlin est un talent étonnant. Louvoyant entre influences soul traditionnelles et  expérimentation électronique, il a su et ce sans effort, développer un éventail de genres allant des rythmes futurs et soul contemporaine, au RnB progressif et à l’indie-electronica.

Son premier album, OTHERLAND, sorti l’année dernière sur Majestic Casual Records, s’intéresse à de nombreux moments qui bouleversent sa vie. Explorant, vie nocturne berlinoise, réflexion à la religion et hommage à ses racines tongiennes à travers cette balade de 17 pistes.

L’authenticité du message mais dans celle du messager confère aux projets de Noah un réalisme désarmante son dernier single « maybe » en est la preuve, il y canalise ses expériences de vie réelle avec une délicatesse poétique et donne tout son sens à ce dicton salvateur: La musique donne une âme à nos cœurs et des ailes à la pensée.

A noter qu’il sera en concert 18 octobre prochain au Pop-Up du Label, et attendant on vous laisse avec de quoi patienter.

Facebook Comments

Téléchargez l'application mobile Black Square