Une histoire profonde, c’est une histoire épidermique, celle que nous inspire notre ressenti, dans le langage des symboles. Elle abolit le jugement, éclipse les faits. Elle détermine ce qui nous anime , cette Histoire du cheveu crépu Kampire Bahana, Darlyne Komukama, Gloria Wavamunno et Aida Mbowa ont depuis quelques années tenté de la reconstruire pour présenter au travers du projet « Salooni » les espoirs, les peurs, la fierté et le ressenti de gens qui la jugent conforme à leur expérience.


À l’époque, les quatre femmes souhaitaient créer un espace sans jugement où les femmes noires peuvent découvrir l’histoire, la culture et la beauté des cheveux noirs à travers les arts. Très vite le pop-up store qui allie salon de coiffure et installation artistique devient une installation mondiale occupant l’espace de différents festivals, répondant à un besoin de dialogue et conversations

 

Théâtre, les créations orales et les courts métrages font partie du voyage, qui transportent le public à travers des années oppression systémique mais se termine toujours par de l’espoir.

Un accent est mis sur le rituel et le soin des cheveux crépus tout en dissipant les notions négatives des cheveux noirs non seulement pour les cultures occidentales mais aussi pour la communauté noire.

Bien qu’il existe encore une stigmatisation liée à la perception du «bon cheveu» chez les Noirs, les conversations sur Internet, et des projet comme « Salooni » aident les femmes noires à revendiquer leur narration du beau cheveu.

 

 

 

Facebook Comments

Téléchargez l'application mobile Black Square