A la première écoute, Topaz Jones résonne comme un jeune maître à la pensée positive qui devrait payer la dîme chaque année à Chance the Rapper. Mais plus on avance dans le temps, on découvre un rappeur new-yorkais de 23 ans, qui fait montre de complexité et de subtilités. 

Fils d’une érudite militante et d’un guitariste de funk (dans les groupes Slave et Aurra des années 1970 et 1980), il grandit en écoutant une pléthore de funk. Ses jeunes années imprégnées de la sagesse de ses parents ne sont peut-être pas plus visibles que dans le single, «Powerball», poème onirique sur la fortune et le travail ardu. 

À ce jour, Jones propose des doses de ses divers intérêts tout au long de son catalogue caméléonien, y compris « The Honeymoon Suite » de 2014 et quelques singles de son album « Arcade » sorti en 2016, ou d’un « Grass ». 

L’excellent « Tropicana » est un track haut en couleurs capable de dépouiller des corps stagnants lors d’une fête, convertissant une affinité d’enfance en un testament intelligent de l’individualité le tout sous cette harmonie old school. 

   

Pour un jeune artiste, sa voix et sa cadence sont extrêmement raffinées et il est tout aussi à l’aise pour laisser un rythme remplir l’espace qui se déplace à travers des strophes à deux temps. Mais peut-être est-il également impressionnant de voir à quel point son travail est transparent sur le plan émotionnel et intellectuel. Il traite le monde qui l’entoure grâce à une utilisation habile du timbre et de l’accent.

La personnalité musicale de Jones s’enrichit d’un amour profond pour la vieille musique funk et soul, ces derniers EPs « Nectar pleasure pain passion » et « cotton fields for better » en sont des parfaits exemples. Il arrive à transformer aisément son plaisir secret de profiter d’une journée ensoleillée sur une couverture en une parade de pardon pour avoir réglé la lourdeur du monde.

Les moments en sa compagnie sont émouvants parce qu’ils sont l’œuvre d’un écrivain empathique – il donne à chacun l’autonomie de son récit, une manière de faire partie de l’histoire de son histoire si simplement racontée.

Facebook Comments

Téléchargez l'application mobile Black Square