Comme beaucoup d’entre vous ont pu le voir, Angélique Kidjo a été la grande gagnante africaine lors de 57ème cérémonie des Grammy Awards. Il faut aussi dire que le nombre de catégories dans lesquelles les Africains ont la possibilité de concourir ne sont pas nombreuses car il ne s’agit que de la catégorie “Meilleure Album de Musique du Monde”.

Cependant, il serait intéressant de retracer le palmarès des artistes africains aux Grammys et c’est ce que nous vous proposons de découvrir tout de suite avec les artistes , les albums pour lesquels ils ont été récompensés ainsi que l’année d’obtention de leur trophée.

1) Ali Farka Touré (Mali) – Talking Timbuktu (1995) / In the heart of the moon (2005) / Ali and Toumani (2011)

tour-ali-farka-51508fc34f1a8

Ali Farka Touré, né le 31 octobre 1939 à Kanau et décédé le 7 mars 2006 à Bamako, est un musicien et chanteur malien. Touré est l’une des figures musicales les plus importantes d’Afrique. Ses compositions sont marquées par une volonté d’associer musique malienne traditionnelle et blues. Dans ses morceaux, il chante en plusieurs langues africaines, notamment en songhaï, en peul, en touareg et en bambara. Il est classé 71e par Rolling Stone et 37e par Spin dans leur liste des 100 meilleurs guitaristes de tous les temps.

2) Ladysmith Black Mambazo (Afrique du sud) – Raise Your Spirit Higher (2005) / Ilembe: Honoring Shaka Zulu (2009) / Live: Singing For Peace Around The World (2013)

mambazo04

Ladysmith Black Mambazo est un groupe vocal sud-africain, fondé en 1960 par Joseph Shabalala. Célèbre pour ses performances a cappella, il est représentatif des styles mbube et isicathamiya. Sa composition a évolué au fil des années. Il a été rendu mondialement célèbre grâce à sa participation à l’album de Paul Simon Graceland.En tout, une trentaine de chanteurs sont passés par le groupe au cours de ses 45 années d’existence.Ladysmith Black Mambazo a enregistré plus d’une cinquantaine d’albums depuis 1973

3) Mamadou Diabaté (Mali) – Douga Mansa (2010)

mamadou-diabatc3a9

Mamadou Diabaté est un musicien malien né en 1975 à Kita au Mali. Il est le fils d’un joueur de kora, Djelimory Diabaté. Son cousin Toumani Diabaté est également renommé dans la pratique de cet instrument.
C’est donc naturellement qu’il est lui-même devenu un spécialiste de la harpe à 21 cordes et qu’il perpétue la tradition musicale mandingue. Sa musique est également prospective et il n’hésite pas à s’entourer de musiciens de jazz comme le bassiste américain Ira Coleman qui l’accompagne sur l’album Tunga.

4) Toumani Diabaté (Mali) – In the heart of the moon (2005) / Ali and Toumani (2011)

Toumani_1

Toumani Diabaté est un musicien malien, né le 10 août 1965 à Bamako, au Mali. Il est considéré comme l’un des plus grands joueurs de kora. Il est le fils de Sidiki Diabaté, reconnu dans toute l’Afrique de l’Ouest pour être le roi de la kora. Il est aussi le cousin de Mamadou Diabaté. Toumani Diabaté a commencé à apprendre à jouer dès l’âge de 5 ans. À 13 ans, il participe à la Biennale du Mali avec l’Ensemble de Koulikoro qui remporte le prix du meilleur orchestre traditionnel. Il rejoint alors l’Ensemble instrumental national du Mali. Il compte pas mois de 14 albums à son actif.

5) Césaria Evora (Cap Vert) – Voz d’Amor (2004)

C-saria-vora-un-nouvel-album-M-e-Carinhosa134224

Césaria Evora, née à Mindelo, le 27 août 1941 et morte à Mindelo, le 17 décembre 2011, est une chanteuse populaire capverdienne. Elle est surnommée La Diva aux pieds nus1 , surnom dû à son habitude à se produire pieds nus sur scène. De sa voix rauque, elle a popularisé la morna, musique du Cap-Vert, auprès du grand public mondial. Elle a eu une carrière d’enregistrement et de représentations de 54 années, de 1957 à 2011. Au cours de sa carrière, elle chante majoritairement dans sa langue maternelle, en créole capverdien, mais aussi en français, d’où le titre de son morceau La Diva aux pieds nus.

 

6) Youssou N’Dour (Sénégal) – Egypt (2005)

youssou-ndour-i-bring-what-i-love-14-04-2010-6-g

Youssou Madjiguène N’Dour né le 1er octobre 1959 à Dakar (Sénégal), est un auteur-compositeur, interprète et musicien sénégalais. « Roi du mbalax » dans son pays, chanteur africain à la renommée internationale. Chanteur engagé, Youssou N’Dour a organisé en 1985 un concert pour la libération de Nelson Mandela au Stade de l’Amitié de Dakar. Il a également organisé plusieurs concerts au profit de l’organisation humanitaire Amnesty International. Ambassadeur de bonne volonté pour l’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) et pour l’UNICEF, il a également été choisi en tant qu’ambassadeur au Bureau international du travail.

 

7) Angélique Kidjo (Bénin) – Djin Djin (2008) / Eve (2015)

AK 1 Nabil Elderkin hi

Angélique Kpasseloko Hinto Hounsinou Kandjo Manta Zogbin Kidjo, née le 14 juillet 1960 à Cotonou (Bénin), appelée Angélique Kidjo, est une chanteuse béninoise,  connue pour la diversité de ses influences musicales, l’originalité de ses clips et son engagement humanitaire comme Ambassadrice de Bonne Volonté de l’UNICEF. Parmi ses succès, on trouve les chansons Agolo, We We, Adouma, Wombo Lombo, Afirika et Batonga et sa propre version de Malaika. Ses influences musicales sont la pop africaine, la musique des Caraïbes, le zouk, la rumba congolaise, le jazz, le gospel, et différents styles de musique latine. Elle est inspirée aussi par les artistes qui ont bercé son enfance : Bella Bellow, James Brown, Aretha Franklin, Jimi Hendrix, Miriam Makeba et Carlos Santana.

Facebook Comments

Téléchargez l'application mobile Black Square