Ces derniers mois, l’artiste d’origine ghanéenne basé à Londres A-Star enchaîne hit après hit sous un fond de sonorités afro uniques, dansantes sur lesquelles très souvent seul un hook suffit. Le #KupeChallenge du son “Kupe Dance” est probablement le hit qui le pousse au devant de la scène avant que “Balaya”, “Chocobodi” ou encore plus récemment “Hypeman” ne suivent.

Nous avons échangé avec le génie à la production de tous ces hits et qui est en train de se faire un nom dans l’invasion afrobeats actuelle : Moris Beat.

 

MORIS BEAT

Basé à Marseille en France, Hachim ~Moris beat est d’origine comorienne. Aujourd’hui, agé de 21 ans seulement, il est l’un des producteurs dont les créations font le plus de bruit sur la scène afrobeats mondiale. Travaillant principalement avec l’artiste A-Star avec qui il collabore régulièrement, il nous a parlé de son style de musique, de ses inspirations, de ses objectifs et accessoirement de l’équipe de foot qu’il supporte même s’il reste un passionné de musique (de piano en particulier comme instrument) qu’il compose depuis ses 11 ans seulement.

A-Star & Moris Beat à Paris | @morisbeat 

Ton style de musique / de composition ?

Je trouve que j’ai un style unique à moi même, ça fait des années que j’essaye de créer mon unique style de composition, d’ailleurs beaucoup d’autres beatmakers s’inspirent de mon style de composition.

Tes inspirations ?

Je m’inspire beaucoup des sons brésiliens, des sons Afro House portugais, angolais et aussi beaucoup de la musique de mes propres origines qui sont les musiques comoriennes.

Pourquoi le beatmaking ?

Au départ, c’était pour le plaisir mais maintenant c’est surtout question d’argent. Mais je continue de prendre du plaisir à le faire.

Avec quels artistes travailles tu en ce moment ?

J’ai bossé avec beaucoup d’artistes, je ne saurais les compter. J’ai travaillé pratiquement avec tous les artistes de Marseille et en ce moment je bosse beaucoup avec A-star celui avec qui j’ai fait Kupe, Balaya, Chocobodi, Hypeman, Character (tous sont des challenges), il est devenu mon acolyte aujourd’hui, je fais pratiquement tous ses sons.

Kupe et Balaya sont mes titres préférés et les plus aboutis… surtout Kupe.

Avec A-Star, nous avons beaucoup de projets qui attendent d’être dévoilés au grand public.

Avec quels artistes aimerais tu collaborer rapidement?

J’aimerai beaucoup collaborer avec les artistes étrangers  comme Mr Eazi, Burna Boy, Wizkid, Diamond Platnumz, Mbosso.

Des Passions ?

La musique est ma seule passion.

Dans mes temps libres, j’aime beaucoup sortir avec mes amis.

Je suis tout de même supporter de l’Olympique de Marseille (rires)

Penses tu que les beatmakers soient bien mis avant de nos jours ?

Non,

je pense qu’on est toujours mis dans l’ombre et à l’écart, alors que nous faisons tout le travail. Nous sommes les plus importants dans la construction d’un single, voir même un pilier.

Sans beatmaker, il y a pas d’artiste alors que sans artiste, il y a des instrumentaux. C’est vraiment dommage.

Des objectifs à atteindre ?

Avoir un nom à travers le deejaying et le beatmaking,

Avoir mon premier disque d’or,

Faire un gros concert dans mon pays d’origine entre autres.

Pour 2020, il faudrait que je puisse les réaliser.

Moris beat. | @morisbeat

Moris Beat est à suivre sur les prochains mois et il promet de belles choses. Le rythme afro est mainstream désormais et il faudra compter sur cette nouvelle vague qui vient balayer un afrotrap qui, comme il le dit, “est en train de complètement disparaître”.

En attendant, retrouvez le sur ses comptes

Instagram Officiel > https://www.instagram.com/moris.beat/

Twitter Officiel > https://twitter.com/moris_beat

Youtube > https://www.youtube.com/user/DjBlackOss13

Les titres “BALAYA”,”HYPEMAN” et “CHOCOBODI”.

Balaya

 

Hypeman

Chocobodi

Facebook Comments

Téléchargez l'application mobile Black Square