Combien sont-ils, des festivals à faire preuve d’imagination et d’originalité ? Peu nombreux. Le Paris New York  festival rappelle qu’il est possible de faire un effort pour sortir des clous et se démarquer réellement. Et pour sa version 2018, le mot d’ordre est lancé: The Lost Generation.

Le Festival  ne se résume pas à un style de musique ou à quelques stars de hauts d’affiches, sa richesse réside ailleurs, dans la pluralité et la diversité d’angles qui martèlent l’essence même de l’art : tout est affaire de création. Cette 3ème édition rend hommage à « The Lost Generation », ces générations perdues, passées, présentes et futures, qui dans l’Histoire, ont influencé le patrimoine culturel d’aujourd’hui.

Après avoir traversé New York, Montréal et Vancouver, PARIS NEW YORK HERITAGE FESTIVAL revient à Paris pour la clôture les 21 & 22 juillet, pour réinvestir le Mona Bismark America Center et cerise sur la gâteau un concert du chanteur soul originaire de Philadelphie BILAL, qui pour mémoire est l’un des artistes les plus dynamiques de notre temps, dont les influences voguent entre gospel, jazz, soul, blues et hip-hop. Avec une carrière bien remplie on pense à « Love For Sale » ou encore « Air Tights » salués par la critique il reste cet artiste toujours avide d’expérimentations sonores ce qui lui a valu un Grammy Award pour sa participation au chef d’œuvre  « To Pimp a Butterfly » de Kendrick.

Le reste de la programmation du festival mérite un coup d’œil curieux et le déplacement physique attenant. Dj Suspect et JP Mano figurent en haut de notre liste pour ce week-end en noir et blanc. Autant de variations dans un festival qui œuvre bien au-delà.

Facebook Comments

Téléchargez l'application mobile Black Square