Cela faisait déjà un moment que nous découvrions cette scène alternative naija, bercée entre autre par les mélodies de Odunsi the Engine, Zamir ou encore Santi.

Et si vous connaissiez bien cet univers, vous êtes sûrement déjà tombé sur des pépites telles que “Sparky”, “Freaky” ou “Rapid Fire”. Santi est un personnage à part, il faut le reconnaître. Avec un univers oscillant entre dancehall, hip hop et afrobeats, il est l’archétype de l’artiste qui ne se met aucune barrière. Que ce soit à travers ses vidéos qu’il réalise lui même ou les thématiques qu’il aborde, il expérimente une multitude de choses et nous prouve qu’on a pas besoin de se conformer pour se frayer un chemin dans cette jungle musicale aujourd’hui rythmée par les singles formatés radio ou mainstream.

Désormais signé sur le label américain LoveRenaissance LVRN en compagnie d’autres talents tels que 6lack, Dram ou Boogie, on est convaincu que son envol est imminent. De “Suzie’s Funeral” à son nouveau projet “Mandy & The Jungle” on sent le travail abattu et après une première écoute on peut affirmer que Santi est là pour longtemps encore.

MANDY & THE JUNGLE : PREMIERE ECOUTE

Dès l’intro intitulé “Raining Outside”, on se retrouve dans un monologue teinté de synthés sombres. Une ode à l’amitié dans laquelle l’artiste exprime sa loyauté. “Demon Hearts” en collabo avec DRAM viendra donner un nouveau ton au projet, et en enchaînant avec “Monte Claire” on passe à une autre vibe toujours aussi addictive comme Santi en a le secret. Ses mélodies sont taillées pour accrocher l’auditeur et lui donner envie de continuer l’écoute. De “Sparky” à “Settle Down”, il nous embarque dans son monde. Une galaxie de “cool kids of Lagos” bercé entre plusieurs univers qui ne laisse aucun doute sur les multiples facettes de l’auteur.

L’excellent “Raw Dinner” en collaboration avec Kida Kudz viendra rythmer vos soirées entre potes dans une ambiance totalement chill. “Maria” avec Goldlink est déjà un classique qu’on a hâte de découvrir visuellement. Tant la patte de de l’interprète de At What Cost est présente, que ce soit dans la musique ou dans la vibe du morceau.
En définitive, Santi nous pond un projet bien abouti qui à coup sûr vient bouleverser les codes d’une musique naija impregnée d’afrobeats. Il change la donne en donnant sa version musicale du monde, tout en restant dans la tendance sans pour autant se dénaturer. Chapeau l’artiste !

Facebook Comments

Téléchargez l'application mobile Black Square