UNDERGROUND – NOS RECOMMANDATIONS DU MOIS

Underground est la célébration des talents à venir par Black Square. Chaque mois nous mettons en lumière trois artistes en plein essor qui apportent quelque chose de nouveau au monde de la musique et capte nos coeurs et nos esprits (et nos oreilles).

 

FRANCE – DAVINHOR

Davinhor a en elle un sens de l’identité plus fort que de nombreux rappeurs à l’omnipresence dans les médias. Elle est une enfant de la culture hip-hop et ballroom culture dont les références comprennent des icônes du rap ou encore de la mode ; elle laisse sa musique parler d’elle-même, mais lui insuffle juste assez de détails biographiques pour se démarquer. En tant que femme noire vivant à Paris, la marque d’anonymat de Davinhor confère à sa musique une confiance personnelle et communautaire qui s’étend à travers son premier album studio, qui pourrait bien s’apparenter à un traitement de beauté noirs : Indomptables.

Structurellement, elle n’est pas très éloignée du rythme de son acolyte le Juiice. Sa musique tourne autour de rythmes palpitants qui doivent autant à la Drill qu’au hip-hop, et les deux finissent par pivoter vers des ballades sensuelles et des chansons d’amour sans tomber dans le stéréotypes et la volonté de reconstruire le monde. Elle ouvre le couplet de Flocko avec une scène bruyante d’elle et vous pouvez sentir le caisson de basses secouer le châssis. Des moments comme ceux-ci marquent Indomptables comme un autre coup d’œil derrière son rideau personnel, mais c’est aussi un album de rap extrêmement divertissant à part entière.

Sa polyvalence contribue grandement à garder son son frais. Dans son mode par défaut, elle mélange des raps punchline courageux et des fanfaronnades de gimme-what’s-mine racontées avec des détails picturaux. La mise en scène est tout aussi captivante lorsqu’elle s’éloigne du pur rap. Davinhor adore les changements de milieu d’album discordants, presque comme si elle effleurait votre oreille pour s’assurer que vous faites attention, comme des montagnes russe de changements de tempo et d’humeur, qui met en évidence la complexité émotionnelle et musicale de la féminité noire en termes plus directs par rapport au cadre conceptuel. La frustration romantique franche et la clarté éventuelle de certains tracks, confèrent à son histoire un attrait tout aussi personnel et universel.

Concept ou pas concept, Davinhor est fière d’utiliser des éléments familiers du hip-hop, de la house et du R&B pour remixer continuellement son histoire. Ses chansons fusionnent une confiance absolue et une vulnérabilité brute, sans se soucier de la façon dont elles se frottent les unes contre les autres. Elle ne s’est pas éloignée de sa zone de confort musical au cours des dernières années, et elle n’essaie pas de réparer ce qui n’est pas cassé. Mais le contrôle qu’elle exerce sur son histoire garantit une nouvelle introduction à chacun de ses prochains albums.

 

 

DANEMARK – OC RULES

Laissez-nous vous raconter l’histoire de deux mecs, d’apparence ordinaire qui ne voulaient pas s’enfermer derrière les murs d’une geôle qu’ils ont eux-mêmes engendrée et sortir des sentiers battus. Joseph-Daniel Ekoko (Wouri) et Zaï membres du collectif OC Rules sont des dramaturges étourdis. Ils aiment emballer leur musique avec des perspectives, personnifiant leurs nombreux personnages et muses avec des voix distinctes, des cadences et des commutateurs de rythme qui leur donnent vie.

Ces tics virtuoses font d’eux des conteurs et stylistes d’exception. Pour certains, leur narration élastique et dépêches indignées oscillent entre railleries caustiques et confessions plaintives, sur des productions qui brillent comme des éclats de miroir. Leur dernier EP Amo Urba offre un tour de talon, jetant un regard flou mais approfondi sur des personnages insaisissables.

Deux ans se sont écoulés depuis qu’ils ont sorti II, percutant et vif – une éternité dans le monde du rap -, dans un monde façonné par la pandémie, #MeToo, et les manifestations mondiales contre la brutalité policière et arrivait comme une réintroduction mature, un transport teinté d’amour et de mauvaise humeur qui volent à travers leur monde avec une cadence légère comme une plume. Ces événements ils les commentent à travers leur musique tout en clarifiant qui exactement ils représentent.

La réponse courte est sans doute triviale, mais la recherche de la réponse se révèlera aux oreilles des auditeurs avertis. Maniant avec maestria la langue de Molière et Shakespeare, leur évolution est flagrante. Certainement plus fédératrice, sans non plus renier celle qu’elle a toujours été. Prenez l’incipit Ocv$, il grandit en vous, se glisse vicieusement sous votre peau, entre par vos pores, et circule dans votre corps jusqu’à atteindre la case « plaisir coupable » de votre cerveau. C’est aussi simple qu’une brise d’été, sentiment qu’on éprouve en écoutant Look again. En définitive leur musique brasse les codes avec une flopée d’influences glanées à la frontière des genres musicaux.

Sur la route, Oc Rules a touché du doigt ce besoin d’atteindre toujours plus de personnes avec ce qu’il est. C’est après tout le propos même de n’importe quel artiste. Ils auraient pu s’enliser, et nous pondre des albums groovy et glitchés jusqu’à la fin des temps. Comme on vous le disait en préambule, ils ne sont pas prêts à s’enfermer derrière des barreaux de leur propre création. Ni aujourd’hui, ni demain, ni jamais. S’il faut de l’énergie pour entrer dans leur monde, il est encore plus difficile d’en sortir.

 

 

US – SAM DEW

Sam Dew adopte une approche résolument old-school de la soul et du R&B contemporains. L’artiste s’est fait les dents en tant qu’auteur-compositeur pour des artistes comme Wale et Mary J. Blige avant de sortir Rewind, une évasion enfumée qui a mis au premier plan le fausset en apesanteur du natif de Chicago. Les paroles soul-pop et sensuelles luxuriantes de Sam sur les relations modernes n’innovent pas, mais elles n’en ont pas besoin – sa musique est d’une fraîcheur rafraîchissante, conçue pour les après-midis venteux et les nuits étouffantes. Les débuts Sam en 2019, et son apparition dans le dernier album de Kendrick LamarSavior-, le place parmi la classe actuelle d’artistes revigorant le R&B classique pour une nouvelle ère.

Son dernier album Moonlit Fools, n’élargit que légèrement la portée de son son décontracté. Comme sur des derniers singles, l’instrumentation est de bon goût, avec guitare acoustique légèrement pincée et des cordes cinématographiques, ainsi que des voix texturées et des backbeats rythmiques. Ce sont des toiles de fond élégantes et soignées pour les réflexions de Sam sur l’amour, à combustion lente sur DJ. La voix flottante de Sam fait sonner même la ligne la plus libidineuse comme un appel passionné à la connexion, donnant aux meilleurs moments de l’album un sentiment de vulnérabilité brute.

La sensibilité décontractée et les productions brillantes qui accompagnent sa musique sont à la fois une caractéristique et un défaut ; les paroles doucereusement amoureuses et la jambe de guitare funky trouvent un parfait réceptacle chez Sam, qui se trouvent étirées dans un courant sous-jacent gazouillant sous l’un de ses plus crochets indélébiles. Travaillant dans la même lignée que plusieurs artistes R&B, il met l’accent sur la force de sa voix pour créer une soul-pop sans effort qui passe facilement.

Music Lover . Rap Junkiez . Cinema & TV Shows Enthusiast. BasketBall Fan

Post a comment

MEDIA FOCUSING ON BLACK CREATIVITY AROUND THE WORLD

Elsewhere: