Quand on pense à la “modern-soul”, rares sont les artistes dont les racines sont profondes à Brooklyn – généralement associé au hip-hop et le rock indé – ; Mais Adrian Daniel, nous rappelle la riche histoire de la soul, du funk, du rythme et du blues à l’ADN de Brooklyn.

Chanteur, compositeur, et producteur, Adrian Daniel a laissé une marque impressionnante dans la revitalisation du R&B au cours de ces dernières années et dans l’industrie musicale dans son ensemble. Il a non seulement amené son propre mélange des genres mais a également ravivé l’élégance old-school avec du storytelling.

Ses faits d’armes, il les réalise en qualité de danseur professionnel sur les scènes de l’Apollo Theatre et de la Brooklyn Academy of Music, avant de se tourner vers le chant et l’écriture. Ses projets font office de séduisants voyages sonores et éclectiques en l’espèce; Memoirs of a Stoner sorti en 2012 ou encore Fkkking High.

Les 15 pistes qui composent “Disillusions” fusionnent des grooves funky avec des voix douces (notamment «Pride», «Stone Cold Case») émaillées de nuances ses diverses influences. Sa signature R&B alternatif fait des vagues, le plaçant comme un véritable concurrent dans le paysage musical.

Assez de proses, on vous donne rendez-vous le 24 Février au 1999, pour découvrir toute sa virtuosité.

Facebook Comments

Téléchargez l'application mobile Black Square