Premier album de sa jeune et très prolifique carrière, « Anything » semble synthétiser le talent de KoTa the Friend, porte-étendard d’un courant alternatif qui électrise autant qu’il foudroie.  Le jeune rappeur a su au fil des années s’affranchir de tout carcan musical qui lui dicterait la tonalité de ses productions musicales, tel un électron autour d’un atome il aura su faire monter l’impatience, et n’empêche « Anything », en valeur nominale, est un véritable bijou.

La fascination que provoque KoTa The Friend est compréhensible. À son âge, le rappeur dispose d’un univers sombre et mature, tout comme littérature et cinéma ne font qu’un chez Paul Auster, KoTa tire son inspiration du 7e art, passage par la case cinéma oblige. “Rimer en scène” est donc une approche plus à propos que le “rimer en rythme” de la plupart des rappeurs.

KoTa impressionne aussi et surtout parce qu’il a tout d’un grand professionnel. A son grain de voix nonchalant et « out of the box » s’ajoutent la maîtrise et la justesse de l’ensemble des influences dans lesquelles il puise. Alors que les morceaux progressent vers toujours plus de rêveries mélancoliques, le californien se départ de toutes les contraintes et embrasse l’impressionnisme à bras le corps.

Sans rougir, il convoque des artistes tels que Childish Major et Sylvan Lacue sur l’envoûtant « January » ou encore Angel Haze sur le titre « Camo » donnant une vraie consistance à ses projets et nous offre un échantillonnage d’ambiances à la dominante chill. Pour certains titres comme « Daylight » il pioche encore dans la métaphore stellaire/céleste et l’effet marche plutôt bien puisqu’on est quasi la tête dans les nuages. En revanche, KoTa n’hésite pas à s’attaquer à des rythmes plus futuristes et électroniques comme « Chicago Dinner ». En tout cas, il est bien impossible de lui reprocher de ne pas se recycler ou de se laisser porter par une tendance musicale plutôt qu’une autre tant il est sur tous les fronts. Par ses différents projets, il confirme là encore que ses albums et productions au sens large sont destinés à être de vrais kaléidoscopes.

Associer la musique l’amour comme le fait KoTa The Friend, c’est admettre que la production est à la musique ce que la première impression physique est à l’amour. Avant d’écouter le message de l’artiste, c’est l’univers musical qui va d’abord entrer en résonance avec celui ou celle qui écoute. « Anything », c’est aussi un voyage initiatique qui se déroule sur fond de conte merveilleux.

Bref, que vous soyez un sentimental invétéré, ou bien tout simplement un amoureux des bonnes vibes, il y a fort à parier que vous trouverez votre compte avec cet album. Et si ça vous chatouille le bas du ventre, tant mieux. Il sera des nôtres le 22 Octobre prochain à la Bellevilloise, il ne vous reste plus qu’à prendre vos places.

Facebook Comments

Téléchargez l'application mobile Black Square