MUSIQUE

USA – ENTRETIEN AVEC XIOMARA

14 Mins read

Xiomara est une musicienne transcendante qui utilise le lyrisme pour rester fidèle à sa vision artistique. Sa musique réinvente les dynamiques de la vie réelle telles que les traumatismes raciaux, l’amour et l’autonomisation et reflète les leçons apprises. Elle voit sa musique comme un exutoire émotionnel et sait qu’elle peut servir les autres comme moyen de guérison. Alors que le RnB et la soul music ont toujours eu une influence sur son style musical, elle connaît l’importance de se diversifier pour découvrir différentes facettes de soi. Nous avons parlé de son récent album (Sistas) et de son approche fluide de son art en raison de son éducation interculturelle.

Tu es Originaire d’Oakland ? Comment qualifierais-tu sa scène musicale ?

Oui, je suis née dans un hôpital de Berkeley, en Californie, mais j’ai été ramené à Oakland. Mes parents se sont séparés quand j’étais très jeune, j’ai donc grandi entre Oakland et Berkeley. Il y a beaucoup d’histoires comme ça ici.

La scène musicale et artistique ici est riche et diversifiée. Pendant des décennies, la baie a été une plaque tournante pour la musique, la créativité et les mouvements sociopolitiques. Dans les années 60 et 70, cette région abritait des artistes légendaires comme Jimi Hendrix, Sly Stone, The Grateful Dead, etc., et notre musique a toujours été ancrée dans la narration et la révolution. 

Quelle musique écoutais-tu à la maison ? Était-ce ton choix ou celui de tes parents ? 

J’ai écouté beaucoup de salsa, de samba, de soul, de funk et de hip hop avec mes parents en grandissant. Des artistes comme George Clinton, Hector Lavoe (et d’autres membres de la famille Fania Records), Prince, Beenie Man, Stevie Wonder, Earth, Wind & Fire, Nina Simone, Jefferson Airplane, Carole King, Aretha, Chaka, Janet, Los Van Van, Sergio Mendes, A Tribe Called Quest, Vivaldi, Tchaïkovski, Sade, Bob Marley et The Wailers, vous l’appelez. Ma mère et mon père sont tous deux issus de familles mélomanes, et ils aiment tous les deux les arts, alors ils ont écouté un large éventail de musique et j’ai été exposé à tout. Il y a aussi quelques musiciens classiques dans ma famille. Mon grand-père maternel était organiste classique, compositeur et professeur de musique à l’Université d’État de Humboldt en Californie, et j’ai grandi dans le monde du ballet/danse depuis l’enfance, donc la composition classique joue un grand rôle dans mes productions originales. Pendant mon temps libre, j’écoutais beaucoup de Pop et RnB des années 90 et du début des années 2000. J’ai aimé Sisqo, The Spice Girls, Selena, Wu Tang, No Doubt, MF DOOM, Toni Braxton, Jodeci, Mariah, Dru Hill, Blackstreet, Destiny’s Child, 3 Doors Down, Missy Elliott, Aaliyah et bien d’autres.


Avec toute cette culture musicale, qui ont été les premiers musiciens ou écrivains dont tu te souviens avoir résonné en grandissant ?

Stevie Wonder est mon parolier préféré, haut la main, pour toujours. Il a été le tout premier parolier, chanteur et producteur que j’ai étudié avec enthousiasme quand j’étais enfant. J’étais si jeune quand j’ai commencé à écouter son travail, mais je me souviens d’avoir appris les mots de « As » avec ma sœur Tempest, puis la première chanson que j’ai chantée en solo sur scène (11 ans) était une chanson pratiquement inédite de lui « I Can Only Be Me » de la bande originale de School Daze.

À l’époque, j’aimais aussi étudier les écrits de Lauryn Hill, Bill Withers, Mos Def (Yasiin Bey), Zora Neale Hurston, Toni Morrison, j’aimais aussi beaucoup Shakespeare quand j’étais enfant (en particulier Twelfth Night et Midsummer), parce que les histoires étaient fantastiques, drôles, intelligentes, dramatiques, et certaines étaient tragiques que je trouvais fascinants. Ma vie en grandissant n’a pas été facile, alors j’ai trouvé du réconfort auprès d’écrivains qui offraient des perspectives authentiques avec un peu de surréalisme ou de fantaisie.

J’ai aussi beaucoup appris sur l’écriture intelligente à partir de vieux films. J’ai grandi en regardant les films d’Alfred Hitchcock quand j’étais enfant avec ma mère et ma grand-mère. Mon préféré de tous les temps était, et est toujours, The Lady Vanishes (1938). J’aime les films d’espionnage “pré-Psycho” d’Hitchcock sur le thème politique, et même certains de ses films muets; ils sont pleins de messages cachés, de rebondissements et de plaisanteries intelligentes. Les partitions musicales envoûtantes de ces films continuent d’influencer mon style d’écriture. L’un des tout premiers clips que j’ai regardé et regardé encore et encore était “Gimme Some More” de Busta Rhymes, qui samplait la bande son de “Psycho” d’Hitchcock;.

Plus haut tu disais ne pas avoir eu une vie facile en grandissant, Est-ce que tu ressens le besoin d’être aussi vulnérable que possible dans ton art pour ta propre catharsis ? Ou penses-tu que le bon art doit être représentatif de la vérité ?

Je pense que la vulnérabilité est importante pour tous les musiciens, car lorsque nous sommes ouverts à ce que nous ressentons vraiment, nous pouvons nous exprimer et converser plus librement, sans ego ni doute comme obstacle, en utilisant le langage de la musique. Il est vital pour les musiciens, amateurs et expérimentés, d’apprendre à s’ouvrir et à jouer, ou à créer, à partir d’un lieu de vérité personnelle, non seulement parce que c’est cathartique, mais parce que la vulnérabilité aide à faire avancer la conversation musicale collective.

De la même manière, j’ai tendance à penser, ou j’ai appris, au fil des années d’expérience à mettre mon âme à nu et à raconter mes affaires à travers la chanson, qu’il est également bénéfique, à plusieurs niveaux, de garder un peu de votre histoire, votre magie, pour vous-même. On ne peut pas se tromper en maintenant un peu de mystère et de séparation d’avec son public, afin que les gens qui reçoivent votre musique puissent avoir un peu d’espace pour imprimer leur propre histoire sur la chanson, si cela a du sens. Mon expérience informe mon écriture, mais je ne me sens pas particulièrement pressé de tout mettre en mots. Une partie de ce que je rassemble et apprends est juste pour moi, dans la vie, et certaines informations que je suis appelée à partager. La musique vous dit jusqu’où aller. L’édition des paroles des chansons aide à trouver et à maintenir cet équilibre.

Tu parles d’équilibre, te sens-tu catégorisée ? À travers ses différentes étapes de ta vie, comment as-tu pu maintenir ta santé mentale ?

J’ai réussi à m’affranchir de toutes les catégories malgré les tentatives des autres pour me modeler, par exemple me placer dans la case «  chanteuse de jazz » ou « chanteuse de soul », etc. par tous les moyens nécessaires. Pratiquer la liberté est un défi, mais je pense que je commence à comprendre. Lauryn Hill avait une chanson sur son album Unplugged “I Get Out” qui, je pense, était une reprise, mais elle parle de cette idée.

Haha, qui a dit que j’avais gardé ma raison dans tout ça ?  Les musiciens sont tous un peu fous. Je suis désolé d’être porteur de mauvaises nouvelles, mais perdre la tête est normal.

Ton album a été principalement produit par tes soins ?Pour toi le sujet a-t-il dicté la production musicale ? Quel est ton processus créatif?

Mon processus est non linéaire, et presque indescriptible en somme, car il est complètement différent d’une chanson à l’autre. Parfois, une mélodie et une seule ligne surgissent dans ma tête, et je pose une boucle de batterie, une démonstration de guitare et de chant, juste pour garder l’idée, puis je la traduis avec d’autres musiciens ; parfois je fais du freestyle dans le micro et je vois ce qui en sort ; parfois les mots viennent en premier, ou la mélodie sans paroles, et parfois j’écris à quelque chose qu’un autre producteur a mis en place. Ça dépend. Sistas, c’était surtout moi qui faisais des démos dans ma chambre, puis je traduisais ces chansons dans un studio entièrement équipé (The Grey Room à Oakland, en Californie). Le processus de production était bien rodé.

La pochette de ton album « Sistas » est très évocatrice, mais ce n’est que lorsqu’on se plonge dans ta musique que l’on réalise la signification. Qu’est-ce que cela signifie pour toi?

Merci. Je suis vraiment contente de la façon dont la couverture de Sistas est sortie. C’était une collaboration entre moi (montage) et ma phénoménale photographe (Miss Lopez Media). La photo de couverture a été prise lors d’un voyage dans les bois, en hommage dans le style des années 70 à une carte de tarot spécifique dans les arcanes majeurs, Queen of Pentacles. Il y a toute une histoire derrière la référence qui est un peu trop sacrée et trop longue pour être détaillée ici, mais la façon dont l’art s’est réuni était pour le moins magique.

Je voulais aussi que l’art de Sistas soit en couleur, car mes deux derniers disques, Seven Nineteen et 1990, ont une pochette en noir et blanc. Cet album sonne et me semble vibrant, alors nous avons pensé que la pochette devrait représenter cet aspect de la musique.

On pourrait parler de chaque ligne [dans “Sistas” et “Believe in love”] et nous pourrions avoir une conversation sur chaque ligne de celles-ci. Comment tout ça t’es-il venu ?

Believe In Love“, qui est l’un de mes préférées sur l’album, ce n’est en fait pas mon écriture, ma production ou ma performance. Il a été écrit pour moi comme cadeau de 30e anniversaire par la chanteuse, productrice et artiste incroyablement talentueuse B. DeVeaux. Je lui ai demandé si nous pouvions l’enregistrer pour “Sistas”, et je suis très honorée de présenter ce cadeau à mes fans et à ma communauté. J’espère que tout le monde la regardera et écoutera sa musique.

Les paroles de la chanson “Sistas” me sont parvenues très rapidement (enregistrement des voix de la démo en quelques heures sur mon ordinateur portable) lorsque j’étais coincée dans le nord de la Californie (2020)), isolée, déconnectée de mon cercle d’amis dans la Baie et ailleurs. J’avais des conversations téléphoniques régulières avec ma sœur, Tempest, et j’ai écrite la chanson sur elle, sa mère, qui était une deuxième maman pour moi en grandissant (et l’est toujours). Il s’agit de ce que j’ai appris en étant avec elles, de l’influence sur ma vie, de la sécurité et de l’amour qu’elles m’ont données dans cette vie..

“Sistas” parle également de la douce liberté que les femmes et les femmes noires trouvent en partageant simplement l’espace, en vivant et en traînant les unes avec les autres sans la présence, le regard, l’influence, le danger ou le jugement de personnes qui ne vivent pas vraiment et comprendre nos expériences. Cette chanson a été faite dans un dévouement affectueux aux Sistas qui continuent de m’enseigner et de m’inspirer.

Et qu’en est-il du titre  « Chardonnay » ?

Chardonnay, c’est lâcher prise et s’abandonner à ce que l’univers, ou la source, dieu, les ancêtres, ont à nous offrir ensuite. Il s’agit de faire gracieusement place à l’abondance. Je l’ai écrit parce que j’avais besoin de sortir d’un gouffre de doute et de désespoir, et cela m’a aidé à faire exactement cela encore et encore. J’espère que cela peut être une chanson apaisante pour ceux qui vivent une perte ou une transition. Rien de ce qui vient ne restera. Il s’agit de permettre aux énergies, aux personnes, aux choses, aux idées, aux relations, aux rêves de changer et d’entrer et de sortir de nos vies comme ils sont censés le faire.

As-tu une histoire particulière derrière ton album ? Si oui, peux-tu nous en parler ?

Il y a tellement de subtilités et d’histoires derrière “Sistas” que je ne saurais pas par où commencer. C’est surtout une question de liberté. J’explore ce que cela signifie pour moi, et je le souhaite à tout le monde, alors je voulais faire des chansons sur cette expérience au fur et à mesure qu’elle se déroule. Nous devrions tous prendre le temps pendant que nous sommes ici pour nous libérer un peu, vous ne trouvez pas ? 🙂

Je dirai que c’est le premier disque qui commence à raconter l’histoire de ma famille, ma/notre lignée, des deux côtés, et notre histoire collective culturelle et musicale. Il y a beaucoup de joyaux cachés, à cet égard, intégrés dans les chansons qui peuvent ne pas être immédiatement évidents si le contexte n’est pas familier, mais j’ai intentionnellement inclus beaucoup plus de mon « histoire d’origine » sur cet album que les deux derniers.

En écoutant ton album, il y a tellement d’idées et de thèmes impressionnants, des problèmes comme les traumatismes, la mémoire et la force. Comment as-tu abordée ces chansons en particulier ? Que signifient-elles pour toi ?

Je trouve un but et un réconfort à relayer mes histoires (les bonnes, les mauvaises, les moches) de manière créative aux autres. En continuant à partager mes idées et mes expériences plus ouvertement, j’ai découvert à quel point les hauts et les bas de la vie, les thèmes et les leçons sont partagés entre des personnes de différents horizons. Tout le monde a une expérience unique, il n’y a pas deux vies exactement les mêmes, et du même coup, nous avons tous vécu des traumatismes, des triomphes, des gains, des pertes.

Mettre mes souvenirs sur papier, puis sur disques, est le moyen le plus efficace et le plus curatif que j’ai trouvé pour me relier au monde qui m’entoure.

Les chansons doivent raconter toute l’histoire. Les musiciens ont la grande et sacrée opportunité d’être le pont entre les générations et les royaumes, et nous pouvons documenter une image colorée, réelle et vraie de l’expérience individuelle et collective sur terre. L’une de mes plus grandes influences en tant qu’écrivain est Nina Simone. Elle a dit “Le devoir d’un artiste est de refléter l’époque” et cela commence par ce qui se passe dans votre cœur (de l’artiste) d’abord, puis ce qui se passe autour de nous, et ainsi de suite. Cette nouvelle collection de chansons, pour moi, signifie que ma vie et ce que j’ai appris et enduré dedans ne seront pas oubliés. Sistas (l’album) m’a également permis d’immortaliser la beauté, le génie et la puissance inégalés et incroyables des Black Girls, Women, & Femmes. Je suis reconnaissant de l’opportunité et de la capacité d’exprimer tous les aspects de mon expérience et de mettre en évidence les expériences des autres que j’aime, chéris et respecte. Faire ce disque était un grand honneur.

Dans « Runaway Caroline », tu parles de ton ancêtre qui était une esclave. Il s’agit de défier le statut et l’identité. Tu  reconnais les histoires et relations interpersonnelles complexes dans la chanson.

Oui, mon arrière arrière arrière grand-mère Caroline King, du côté (Grace) de ma grand-mère paternelle, a été arrachée à sa maison, Madagascar, Afrique de l’Est, et réduite en esclavage dans une plantation aux États-Unis, en Virginie, où elle travaillait comme cuisinière domestique, puis s’est échappée vers la liberté (au milieu d’une sanglante bataille régionale) avec son mari, leurs deux enfants et deux autres enfants qui ont été, pour des raisons inconnues, laissés pour compte par une autre famille d’esclaves qui s’est échappée. Mon cousin, Fred F. Smith, Jr., a découvert son histoire et a construit un récit détaillé de ce qui s’est passé dans sa vie, qu’il a apporté à notre famille en 2020 pendant que j’écrivais Sistas en quarantaine. Le poème “To My Grandmother”, entendu dans la chanson “Runaway Caroline”, a été écrit par la petite-fille de Caroline, Mae Smith Johnson, et publié en 1928 dans un livre intitulé “Negro Poets and their Poems”.

La chanson “Runaway Caroline” présente mon père, Vincent Watson, aux percussions et aux effets sonores vocaux, et moi au chant et au piano. C’était un disque très lourd à sortir pour nous parce qu’il est si profondément personnel.

Runaway Caroline est également une pièce d’introduction menant à la piste 17, “Dontcha Like It”, qui est une chanson de liberté que j’ai écrite dans l’esprit de briser nos chaînes littérales et figuratives. Il y a une histoire magique et mystérieuse sur la façon dont les deux chansons se sont réunies que je ne suis pas sûr d’être prêt à partager, mais je peux dire que les deux morceaux viennent tout droit de l’espace ancestral. En bref, Caroline voulait aussi que son histoire soit racontée sur ce disque, alors j’espère que les deux morceaux pourront aider les autres à se libérer comme ils en ont besoin. Je n’aurais jamais pensé savoir exactement d’où vient ma lignée, du côté de mon père. Trop souvent, les Noirs nés aux États-Unis sont incapables de retracer leurs lignées familiales, alors le travail que Fred a fait pour nous obtenir cette information a lancé un processus de guérison que j’aimerais transmettre et aider les autres à trouver à l’avenir. La musique est mon véhicule pour ça. Je le remercie ainsi que mon père de m’avoir donné leur bénédiction pour produire et partager la pièce.

En tant qu’artiste noire, te sens-tu obligée de parler de certains sujets ? Penses-tu que cette dernière soit justifiée ? Si tu devais remonter le temps, changerais-tu les paroles que tu as écrites ?

Je ressens souvent une profonde tristesse qu’en tant que créateurs et artistes noirs, nous ayons enduré tant de douleur, d’angoisse, de traumatisme dans nos vies, pour notre art. J’essaie parfois d’imaginer ce que j’écrirais/nous écririons si les circonstances étaient différentes. Cela dit, si je pouvais remonter le temps et avoir le pouvoir, je ne changerais pas mes écrits, je changerais la façon dont les Noirs ont été traités à travers l’histoire. La musique est comme une machine à remonter le temps pour moi, pour clarifier et guérir le passé, et c’est aussi un moyen d’ÊTRE libre dans le monde actuel, donc je pense que nous avons le choix de vivre ce que nous imaginons à travers notre art. C’est une chose difficile à mettre en mots, j’ai juste tendance à penser que la douleur et la joie ne s’excluent pas mutuellement. Ma soeur Tempest, dont l’histoire a beaucoup inspirée Sistas, l’album, dit toujours “prends toute ta place dans le monde”, un message de sa mère phénoménale qui m’a donnée beaucoup d’assurance tout au long de la vie. Dans ce contexte, cette sage invitation à être sans vergogne, me dit que nous pouvons écrire sur nos luttes et aussi écrire d’un endroit libre et entier. Vous savez… l’existence et l’essence. J’espère que cela a du sens.

L’hyper-sexualisation des femmes de couleur s’est particulièrement répandue dans la culture populaire. Sais-tu que les images et les idées que beaucoup de gens considèrent comme misogynes en font également partie ? Penses-tu ou non avoir quelque chose à dire à ce sujet ?

Oui. J’aurai toujours quelque chose à dire à ce sujet, car tant que les femmes et les femmes noires et brunes sont constamment mises en danger physique, psychologique et émotionnel et jugées pour avoir exprimées leur liberté et leur libre arbitre (ce qui est notre droit de naissance) au moyen de idéaux, comportements, politiques et rhétorique haineux et patriarcaux, il est de mon devoir en tant que l’un d’entre eux (nous) de parler. Je dirai aussi, en tant que femme noire à la peau plus claire, ayant vu des dommages plus profonds et pires être infligés aux femmes et aux femmes noires à la peau plus foncée par le biais de la misogynie de la culture pop via le colorisme, le sexisme, les abus infligés à la fois professionnels et interpersonnels espaces, mon véritable devoir est d’attirer l’attention des gens sur CES atrocités avant tout. Les gens qui le peuvent devraient se battre bec et ongles et s’exprimer. Les femmes noires et brunes, les femmes et autres qui sont confrontées au préjudice profond d’une société qui nous ferait mourir en une seconde, devraient vraiment être libres de faire et de porter ce que nous voulons, tout en étant en sécurité et farouchement protégées. Ce n’est malheureusement pas le cas partout dans le monde. Pour en savoir plus, voir Mary New Religion I & II, The Downside Hotel (chansons de Sistas).

De quoi penses-tu qu’Oakland a besoin en ce moment ?

Oakland a désespérément besoin de logements pour ses résidents racisé.e.s sans abri et de passage, et de plus d’infrastructures pour les musiciens indépendants, qui ne sont pas blancs, pour avoir des carrières durables, rentables et illustres dans le domaine. Je prévois d’avoir un coup de main dans les deux immédiatement et éventuellement. Il y a beaucoup de technologies musicales ici (Pandora, YouTube, Bandcamp, Google, etc.) et bon nombre de ces entités font un effort minimal pour avoir un impact positif et durable sur les communautés environnantes. Les artistes font des spectacles et des apparitions gratuitement, et paient parfois pour jouer. J’ai dit ce que j’ai dit. Tant de choses doivent changer ici structurellement. L’art est déjà incroyable, et il mérite un soutien plus réel et tangible, bancable.

Que voudrais-tu que les gens ressentent à la fin de tes albums ? Que voudrais-tu laisser en souvenir ?

Mes œuvres sont prêtes à être interprétées par l’âme.

Je veux juste que les gens se sentent.

C’est pourquoi je fais de la musique.

Merci beaucoup pour ce bel échange.

Photos : Miss Lopez Media, “@misslopezmedia”

89 posts

About author
Music Lover . Rap Junkiez . Cinema & TV Shows Enthusiast. BasketBall Fan
Articles
Related posts
MUSIQUE

FRANCE - ZOUK VINTAGE REND HOMMAGE À JACOB DESVARIEUX

1 Mins read
Surnommé le « Monsieur rock » du zouk, Jacob Desvarieux nous a quittés en juillet dernier. Guitariste, compositeur, arrangeur, chanteur, il est…
MUSIQUE

FRANCE - LE COCONUT MUSIC FESTIVAL EST DE RETOUR

1 Mins read
Outre un nom qu’on ne peut qu’aimer, le Coconut Festival a le chic annuel de proposer une programmation riche et rarement convenue,…
MUSIQUE

NIGERIA - FOCUS SUR "FLUID", PREMIER EP DE LA CHANTEUSE RIA SEAN

1 Mins read
Groovy, coloré et soulfull peuvent être les qualitatifs appropriés pour décrire la musique de Ria Sean. Une artiste qui fait son entrée…

Laisser un commentaire

Translate »